Appliqué, impliqué et passionné, "la Rive" est en service civique au club cette saison. Des U18B, dont il à la charge, en passant par les U6 à U9 et l'ensemble du foot a effectif réduit, ce droitier de naissance, devenu gaucher pour le côté esthétique, fait l'unanimité au sein de l'équipe éducative. Souhaitons à "Riveton" de poursuivre avec brio sa carrière d'entraîneur et de nous régaler de sa glissade sur les genoux après avoir logé le ballon sous la barre.


Coach, comment définirais-tu le football ?

Le football, pour moi, est un langage universel, un sport qui permet de rassembler de nombreux fans. Nous n'avons pas besoin de parler la même langue pour se comprendre : le football joue le rôle de traducteur. On le voit bien dans des équipes professionnelles, où plusieurs joueurs sont de nationalités différentes. Ils ne parlent pas la même langue, mais le football est là pour qu'ils puissent communiquer entre eux.


"Un jeu basé sur le plaisir et l'entraide"


Qu'elles sont pour toi les qualités que doit avoir une équipe ?

Pour moi, les qualités d'une équipe viennent de sa cohésion de groupe. C'est à dire que si le groupe s'entend extrêmement bien, tu auras alors des joueurs prêts à tout donner pour le copain et pour l'équipe. En donnant le meilleur de soi-même, nos qualités ressortent et mettent en avant celles des autres. Cette équipe solidaire pourra alors faire par la suite de grosses performances. De plus, il faut, dans l'idéal, un effectif avec des qualités individuelles différentes, ce qui permet d'avoir un large panel de compétences. Ce qui rend l'équipe beaucoup plus imprévisible pour l'adversaire.


Quelles idées de jeu défends-tu ?

Un jeu basé sur le plaisirs et l'entraide. Nous avons une mission de 90 minutes, nous ne pouvons que la réussir ensemble. Ce que je cherche à faire quand je suis joueur, et ce que je veux transmettre aux jeunes, c'est la notion de plaisir et d'entraide. Faire une passe, c'est vouloir faire plaisir à un partenaire, un lien se créé entre les joueurs, une notion de partage. Un appel, c'est vouloir aider son partenaire, son équipe, à se sortir d'une situation compliquée, ou alors de vouloir mettre à mal l'équipe adverse. 


La communication, c'est vouloir aider son partenaire à ne pas se faire 
prendre par l'adversaire. Une équipe qui ne défend pas ensemble a déjà des risques de se voir créer des tensions au sein de l'équipe. Tout commence par la défense pour moi. C'est à dire que si tu vois tes joueurs offensifs ne pas faire le travail défensif, tu as moins envie d'aller les aider pour attaquer. Premièrement parce que tu as utilisé beaucoup d'énergies pour défendre en infériorité et deuxièmement parce que souvent cela peut vexer les joueurs d'avoir été "abandonné". La solidarité de l'équipe peut être alors impactée. 


Pour ce qu'il s'agit des phases offensives, je défends un jeu simple avec des touches de balles limités, des redoublements, des déplacements sans ballon afin de laisser à l'adversaire très peu de réflexions sur sa façon de récupérer le ballon. Avoir le plus grand nombre de joueurs impliqués dans ces phases pour accroître l'incertitude chez l'adversaire et nos chances de concrétiser nos actions.


"Un bon éducateur est à l'écoute de ses joueurs"


Des coachs ont-ils influencé tes idées ?

Pour l'aspect offensif, sur la notion de plaisir et de simplicité, Erik ten Hag (Ajax) m'a séduit. Lors de la dernière épopée en Ligue des Champions, nous avons retrouvé le jeu de l'ancienne Ajax. Je ne l'ai pas connu, mais ceux qui l'ont vécu m'ont dit que ça y ressemblait grandement. Un jeu offensif, plein de simplicité et d'efficacité dans les choix, de redoublements de passes, de déplacements. Les meilleures équipes européennes sont tombées grâce à leur style de jeu, alors que les joueurs étaient moins forts individuellement.


Pour l'aspect défensif, de tout donner pour l'équipe, Diego Simeone (Atlético de Madrid) m'impressionne. Il arrive à mettre en déroute, avec ses joueurs, les meilleures équipes européennes. Même si le jeu produit n'est pas très attrayant, il n'en reste pas moins efficace. On peut penser que les joueurs ne prennent pas de plaisir ... mais c'est faux !! Tous les joueurs de l'équipe adorent sa façon de voir les choses. Ils sont devenus fan "Del Cholo", car ils ont enfin découvert le véritable sens de défendre ensemble, de travailler pour le copain. Si Griezmann a passé un palier, lui*même dit que c'est grâce à Simeone. Il lui a inculqué les valeurs du vrai collectif, de l'effort pour le copain !! On comprend alors pourquoi le club s'intéresse à Edinson Cavani.


Quel message passerais-tu à un éducateur qui débute ?

J'ai très peu d'expérience, mais je pense que si vous arrivez à créer une véritable cohésion de groupe, vous allez le ressentir sur le terrain. J'ai vécu cela avec les U18B, où au fur et à mesure des matchs, les joueurs aimaient davantage jouer ensemble, car ils aimaient faire l'effort pour le copains. Les performances ont donc suivies, notamment avec une victoire contre une R2 en Coupe.

"Un pour tous, tous pour un" comme on dit (rires !)


Pour finir, quel est selon toi un bon éducateur ?

Pour moi, un bon éducateur est à l'écoute de ses joueurs, cherchant à les faire progresser individuellement et collectivement. Il encourage les joueurs au bord du terrain, car il doit toujours apporter du positif. Si on ne l'est pas, qui le sera à notre place ? Il doit être respectueux avec les joueurs et leur faire confiance. Si on ne leur fait pas confiance, qui le fera ? Savoir motiver ses joueurs, que ce soit sur les séances ou sur les matchs. Pour terminer, un bon éducateur est disponible pour ses joueurs, en prenant le temps de discuter avec eux, de connaître un peu leur vie, de les comprendre davantage.


Créé le 24-05-2020 16:06 par Philippe.



SAISON DU CLUB

PHOTOS