Fraîchement arrivé au sein du club, Léo est capable de distiller les renversements de jeu de 40 mètres comme les bons conseils, avec une précision  équivalente.

Responsable des jeunes, où il assure le passage de témoin naturel avec le travail de Nicolas Guitton, il officie également sur le terrain le dimanche, où sa vista et son physique de bodybuilder californien font merveille !


Coach, comment définirais-tu le football ?


Le plaisir ... ça, je l'ai entendu et lu un paquet de fois ! Cela dit, c'est, à mon sens, incomplet. Le plaisir, oui, mais de quel plaisir parle-t-on ? 

Je pense que le plaisir varie en fonction de l'âge, du niveau, du caractère de chaque joueur. Pour les plus jeunes, ce sera le plaisir de jouer et de taper dans la balle, après le plaisir passera par le fait de se retrouver avec les copains. Certains trouveront ensuite du plaisir à performer, progresser, se surpasser, atteindre des objectifs. A chacun son plaisir !



Quelles sont pour toi les qualités que doit avoir une équipe ?


L'intelligence de jeu ! Avoir la même idée au même moment en fonction de la situation. Et l'esprit de camaraderie. Une bonne soirée, une bonne troisième mi-temps, un bon resto, un bon parcours de coupe ... peu importe, le groupe doit bien vivre, les joueurs doivent avoir des affinités. Et puis, le jour où mon camarade perd le ballon, je vais me "déchirer" pour rattraper son erreur. Je ferai tout pour le mettre dans les meilleures conditions, je vais accepter quand il me dira quelque chose, et réciproquement ... Les équipes qui progressent sont celles qui prennent du plaisir, on y revient toujours, à jouer ensemble. Et, au final, elles finissent généralement par remporter des titres.



Quelles idées de jeu défends-tu ? Des coachs ont-ils influencé ces idées ?


J'aime que mon équipe possède le ballon. Faire souffrir l'adversaire, physiquement et mentalement. Je veux former des joueurs qui sauront quoi faire avec le ballon, ou à la perte, ou à la récupération. Transition rapide vers l'avant ? Temps de conservation ? Même si j'aime la possession, je veux amener mon équipe à être efficace. Si nous pouvons amener le ballon devant le but adverse en deux passes, pourquoi en faire dix ? Faire le bon choix, toujours. Ou, en tout cas, avoir la bonne intention, la bonne idée. 

Mais mon fond de commerce reste la possession. Nous optimisons nos chances de gagner en maîtrisant notre sujet. Et puis, honnêtement, aucun joueur n'est venu me voir un jour en me disant : "Léo, aujourd'hui je veux courir après le ballon !". 


Bielsa, Guardiola, Klopp ... bien sûr que j'aime voir jouer leurs équipes. De là à dire qu'ils m'influencent, je ne pense pas. Je suis convaincu que pour avoir des idées, il faut les avoir vécues. Malheureusement, je n'ai jamais assisté (et encore moins participé !) à une séance de ces coachs.


Par contre, j'ai eu la chance d'avoir des coachs qui ont façonné ma vision du foot. Le premier a été François Keiffer, lors de mon passage à Avignon (84). Son obsession, c'est vraiment le mot, a toujours été, et est toujours, le plaisir par le jeu, le jeu avec le moins de contraintes possibles, le foot de rue. J'aime beaucoup cette idée. Toujours être dans la création. 

Ensuite, Denis Moutier (actuellement directeur du Pôle Espoir d'Aix-en-Provence) m'a marqué dans le sens où il nous faisait souvent jouer dans des dispositifs différents. Cela nous poussait constamment à trouver des réponses tactiques. Lui ne nous donnait jamais la réponse ... toujours des pistes, et c'est très riche, les réponses sont ancrées ! 

Yannick Herviaux (coach à Pacé) m'a fait prendre conscience de l'importance des relations entre l'entraîneur et le joueur. Et enfin, je dirais Yannis Le Dorse. Je regrette de ne pas avoir pu évoluer plus longtemps dans son équipe. Je pense que notre façon de concevoir le football a beaucoup de similitudes, et jouer sous ses ordres aurait sans aucun doute nourri ma réflexion.


Et puis, tous les échanges avec mes amis éducateurs ! Mathieu Blouin, GaëtanTexier, Yohan Mardelé, Cylien Clément, Geoffrey Hommage, Romain Prudhomme, Adrien Le Ray Martin ... Quand on discute football, c'est passionnant. Je prends quelques idées et je les range dans un coin de ma boite à outils ...



Quel message passerais-tu à un jeune éducateur ?


Je commence par lui dire "Bravo" ! Pour ton engagement et ton souhait d'aider ton club. Ensuite, il ne faudra jamais qu'il oublie pourquoi les joueurs viennent : pour le plaisir et par amour du football. Alors, tout devient plus simple. Tu devras toujours proposer des ateliers ludiques, ou dans tous les cas attractifs !

Je vais prendre mon exemple. Je n'ai jamais trop aimé les mathématiques. Pourtant, c’était l'un de mes cours favoris lors d'une année où la prof était top ! Son animation était géniale et ses ateliers étaient drôles à faire ! Alors pour le football, c'est la même chose. Je dois prendre du plaisir à faire tel ou tel atelier, sinon, je ne vais pas écouter, je ne vais pas être concentré ... et donc je ne vais pas progresser !

Il faut donc se poser deux questions lors de l'élaboration d'une séance ou d'un atelier : "Est-ce que moi, en tant que joueur, je prendrais du plaisir à faire cet exercice ?" et "Est-ce que ça répond à l'objectif de la séance ?". Si, pour l'une des deux questions, la réponse est NON ... il faut retourner à son cahier !



Pour finir, quel est selon toi un bon éducateur ?


C'est un chercheur. Il doit avoir des idées fixes, des convictions et toujours chercher comment s'améliorer, à tous les niveaux, sur la tactique, le management, les nouvelles technologies ... 

Il doit aimer transmettre, il doit savoir faire apprendre. Le meilleur éducateur pour moi est celui qui laisse une trace dans la tête de son joueur. Le bon éducateur marque son joueur, de façon positive bien sûr, parce qu'il est à l'écoute, parce qu'il donne des conseils, parce qu'il est patient ... Bref, un éducateur "éduque", il tutore : il aide le joueur à grandir.


Créé le 05-06-2020 15:58 par Léo.



SAISON DU CLUB

PHOTOS